ACTUALITÉS

Interview Mentorat Ingénieurs 2000

Formations Parcours d'anciens Parcours d'apprentis
share on socials
Print the page

Dans un contexte de pandémie qui rend la recherche d’entreprise encore plus difficile, le CFA Ingénieurs 2000 a lancé en septembre dernier un programme de mentorat à destination des candidats admissibles. Ce programme a mobilisé des Anciens issus des Ecoles partenaires du CFA Ingénieurs 2000 qui ont apporté leur soutien à des candidats en recherche d’une entreprise d’accueil.

L’objectif ? Les guider dans leurs recherches et leur permettre de garder la motivation et l’envie d’atteindre leur objectif professionnel.

Retour sur une expérience réussie entre mentor – Clément Soulier, Responsable du Développement au sein de la société OVALIE Innovation et gérant de la société ACSA Industrie, et mentoré – Raphaël Quaresemin, élève ingénieur au sein de l’ESIPE.

POURQUOI AVOIR ACCEPTÉ DE RENTRER DANS LE PROGRAMME MENTORAT DU CFA INGENIEURS 2000 ? QUELLES ÉTAIENT VOS MOTIVATIONS ?

Clément (mentor) : J’ai souhaité rentrer dans le programme de Mentorat car, en cette période compliquée, cela me permettait d’apporter ma contribution pour soutenir les étudiants et futurs salariés. C’est également une démarche que je porte avec ACSA Industrie puisque nous n’avons jamais eu autant d’alternants que cette année, malgré un contexte économique très compliqué. Il y a bien sûr les aides de l’Etat qui tendent à dynamiser les recrutements mais la recherche d’une entreprise d’accueil pour 3 ans de formation, déjà difficile en temps normal, demande de l’implication et une certaine méthodologie.

Etant passé par ce chemin, dès que j’ai découvert le principe de mentorat proposé par Ingénieurs 2000, je n’ai pas hésité une seconde avant de prendre contact pour proposer mon aide.

VOUS AVEZ ACCOMPAGNÉ RAPHAËL, COMMENT S’EST DÉROULÉE LA RELATION MENTOR/MENTORÉ – NOTAMMENT DANS UN CONTEXTE DE CONFINEMENT ?

Clément (mentor) : L’accompagnement s’est déroulé de façon assez naturelle, après un premier échange de présentation, Raphaël m’a décrit son parcours et ses objectifs de carrière. Le contexte du confinement nous a contraints à réaliser nos échanges en visio. Nous avons fixé des objectifs de travail, déjà sur les éléments de candidature de Raphaël, son CV et sa lettre de motivation, et ensuite sur sa recherche. Pour rythmer tout cela, nous avions fixé un point hebdomadaire afin de suivre l’avancée des actions engagées.

Nous avons également beaucoup échangé sur la façon d’approcher les recruteurs et de candidater dans un contexte nouveau pour les candidats mais aussi pour les recruteurs.

ET VOUS, RAPHAËL, COMMENT AVEZ-VOUS VÉCU CETTE EXPÉRIENCE ? POUVEZ-VOUS NOUS EN DIRE PLUS ?

Raphaël (mentoré) : En septembre 2020, je devais trouver une entreprise d’accueil pour pouvoir poursuivre sur la formation Electronique et Informatique Systèmes Communicants. Avec le contexte de crise sanitaire actuel, la recherche d’entreprise a été très compliquée. Après un nombre incalculable de candidatures restées sans réponses, j’ai pu bénéficier du programme de mentorat de Ingénieurs 2000 et être guidé par un mentor. J’ai été accompagné par Clément Soulier pour m’aider dans ma recherche active d’entreprise. Clément a tout de suite cru en moi et m’a aidé à la rédaction de mes lettres de motivations ainsi qu’à la mise à jour de mon CV. Chaque semaine, nous faisions un point en visioconférence pour qu’il puisse suivre l’évolution de mes candidatures et me proposer de nouvelles entreprises qui pourraient correspondre à mes attentes.

Une entreprise sortait du lot : FESTO France que je connaissais depuis un certain temps. J’ai découvert cette entreprise spécialisée dans l’automatisation industrielle lors d’un salon, mais elle ne m’avait jamais donné suite à une candidature spontanée. Clément a remarqué mon intérêt pour cette entreprise et ma motivation pour le poste proposé. Il m’a alors aidé à la rédaction d’un mail et à personnaliser davantage la lettre de motivation. Il m’a également conseillé de contacter le personnel de l’entreprise sur LinkedIn. Suite à ces conseils, j’ai pu obtenir un entretien au siège de l’entreprise à Bry-sur-Marne. Clément m’y a préparé en proposant une simulation d’entretien quelques jours avant. Grâce à cet entrainement, j’ai pu bien travailler mon discours et me présenter plus confiant aussi lors du rendez-vous.

Être accompagné par un mentor m’a apporté beaucoup d’aide à tous les niveaux. Dans un contexte pas facile, c’est un réel soutien qui m’a permis de décrocher un contrat d’apprentissage dans l’entreprise dans laquelle j’ai toujours voulu travailler !

UN FAIT MARQUANT   UNE ANECDOTE À PARTAGER ?

Clément (mentor) : Ce qui m’a le plus marqué au départ, c’est le nombre de candidatures réalisé par Raphaël : plus de 400 ! C’est un travail de fourmis pour lui mais peu fructueux puisque tout l’effort fourni a abouti à peu d’entretiens.

Nous avons donc revu sa stratégie pour que Raphaël se concentre sur la qualité des candidatures et la personnalisation plutôt que sur la quantité. Ainsi nous avons ciblé comme il l’a souligné plus haut, la société FESTO France qui l’intéressait vraiment et, même s’il avait déjà tenté sa chance, nous avons essayé une approche différente avec des éléments de candidature, CV et lettre de motivation vraiment ciblés.

Cette stratégie s’est avérée payante puisque Raphaël est aujourd’hui en apprentissage dans cette société.

Raphaël (mentoré) : Je n’ai pas de fait particulier à partager mais je dirai que l’expérience en elle-même a été marquante : le fait de faire un point régulièrement, de ne pas se sentir seul et d’avoir la sensation d’un accomplissement mutuel lorsque j’ai signé mon contrat.

CLÉMENT, POURQUOI RECOMMANDERIEZ-VOUS LE MENTORAT ?

Clément (mentor) : Cette expérience de mentorat a été très intéressante car elle permet de se remettre dans la peau d’un candidat. En tant que chef d’entreprise ou recruteur, on est habitué à être de l’autre côté de la barrière et on a tendance à oublier la sensation d’être recruté. J’ai trouvé, à ce titre, l’exercice extrêmement enrichissant et je le recommande bien entendu à tous dans la mesure où vous avez un peu de temps à y consacrer.

 


 

Clément Soulier est ingénieur industriel diplômé des Arts et Métiers. Responsable du Développement au sein de la société OVALIE Innovation, filiale des groupes coopératifs Maïsadour et Vivadour, et gérant de la société ACSA Industrie, il a travaillé dans l’industrie métallurgique, plus précisément dans la production de matériel électrique.

En 2014, Clément est co-fondateur d’une startup et enseigne pendant 3 ans au Cnam d’Angoulême sur la création et gestion d’entreprise. Il a également suivi une formation complémentaire en Corporate Finance de HEC Paris.

A propos de ACSA Industrie :
Fondée en 2014, ACSA Industrie est une TPE implantée en sud Gironde et compte aujourd’hui 8 salariés. Son savoir-faire porte principalement sur la conception et réalisation de ligne industrielle sur mesure et clé en main.

Dotée d’un bureau d’études en mécanique, électricité et automatisme, ACSA Industrie accompagne ses clients de l’étude de besoin jusqu’à la définition exacte de leur cahier des charges. Les équipements sont ensuite fabriqués, assemblés et testés en nos ateliers. Son équipe assure ensuite l’installation sur site client, la mise en service et la formation des utilisateurs.

L’entreprise a également des activités de fabrication et installation en serrurerie-métallerie, secteur pour lequel nous répondons à des appels d’offres de marchés publics et privés.

Raphaël Quaresemin a obtenu un DUT Génie électrique et informatique industrielle au Cnam (Conservatoire National des Arts et Métiers) après un bac scientifique. Pendant deux ans, il a effectué son alternance  dans la société PROJEKTILES, prestataire informatique de nombreuses entreprises du secteur de l’audiovisuel comme France Télévisions etc.

Actuellement en première année du cycle ingénieur spécialité Electronique et Informatique, Systèmes Communicants à l’ESIPE en partenariat avec Ingénieurs 2000, Raphaël est apprenti ingénieur chez FESTO France, entreprise spécialisée dans les solutions d’automatisation industrielle. Il a opté pour l’apprentissage car l’alliance entre théorie et pratique permet de découvrir son futur métier et d’acquérir une expérience solide à haute valeur ajoutée.